Gloria Friedmann À l'adresse

2 avril – 29 mai 1993

16 rue Quentin 21000 Dijon

Featured Posts

Pourquoi le « milieu » français résiste-t-il à l’œuvre de Gloria Friedmann ? Cette question n’a pas trente réponse, elle en a une : parce qu’il ne le voit pas. Car, d’une part, contrairement à une idée reçue, ce travail n’est pas fréquemment montré ici, en tout cas pas depuis trois/quatre ans, et encore moins avec ampleur. D’autre part, car même « vu », il échappe à une sphère de perception finalement assez majoritairement  convenue: celle où l’on confond naïveté et évidence, où le commentaire préfère noyer le tout dans une approche évasive du romantisme germanique. Ce qui me frappe, c’est qu’alors que le mot d’ordre le plus récent soit au regret des insuffisances éthiques et au déficit « social » de l’art d’aujourd’hui (je ne parle même pas des « révisionnistes » qui veulent jeter le bébé de l’art contemporain avec l’eau du bain), il semblerait bien que l’éclat de cette œuvre (qui prend son énergie au cœur même des enjeux dont le corps social fragmenté cherche à s’emparer, de la gestion des formes et des horizons au rapport au vivant, des synergies naturelles à une nouvelle organisant des forces productives)que son éclat donc, aveugle. Mais peut-être, sont ce les formes qui indisposent : aussi bien leur géométrie d’enveloppe que l’étrangeté maniériste de certaines d’entre elles; à croire qu’Ulrich Ruckriem ou Arcimboldo (à des niveaux de diffusion culturelle très variés) nous suffirait une fois pour toute. Exposer cette oeuvre prétendue « singulière » c’est pour nous précisément combattre cette cécité et un discours.sur la complexité du monde comme le retour au singulier. Entre Michael Asher dont les dessins techniques de chaudière de monuments dijonnais, renvoyaient à l’analyse critique du tourisme culturel et en octobre prochain la « Gesamtkunstwerk » inversée (démocratique et laïque) de Vito Acconci, il nous est apparu honnête et prospectif d’inviter Gloria Friedmann (dix ans après sa première et « dernière » exposition au Consortium).

Xavier Douroux

 

 

Liens