Imi Knoebel

18 octobre – 30 novembre 1991

37 rue de Longvic / 16 rue Quentin 21000 Dijon

Featured Posts

En 1991, la proposition avait été faite à Imi Knoebel d’investir simultanément les deux espaces d’exposition.

À l’Usine, il montrait un vaste ensemble composé de quinze « dessins-peintures » noirs, de format unique et qui donnaient à voir, figurant le geste et mémorisant les coups de brosses, des surfaces aux effets de matière omniprésents.

Chacune était recouverte d’une vitre – comme pour a contrario aplanir la surface et mettre à distance la peinture. Son effet le plus perceptible était de refléter à la fois les fenêtres de la salle et le spectateur.

Quant à leur accrochage sur un mur de plus de vingt-cinq mètres de long – à espace régulier, suivant un alignement parfait et dense – il favorisait une lecture incontournable de la disposition en longueur de la halle, d’autant que le mur du fond avait été laissé vide de toute œuvre.

Stéphanie Jeanjean, CompilationLe Consortium : une expérience de l’exposition

 

Liens