Marie Bourget

7 juin – 13 juillet 1985

16 rue Quentin 21000 Dijon

Featured Posts

Communiqué de presse :

Marie Bourget a déjà participé à des expositions de groupe au Nouveau Musée de Lyon, à la Maison de la Culture de Nevers et au CEDAAC à Auxerre.

Ce sera, pour cette jeune artiste, sa première exposition personnelle.

Le paysage est au cœur de la problématique de Marie Bourget. Pas le paysage des peintres romantiques ni celui des expressionnistes : un paysage habité, une nature modifiée, investie par l’homme, abstraite, concentrée jusqu’au signe.

L’art pour Marie Bourget, comme beaucoup d’artistes de sa génération, est cosa mentale.

L’exposition spécialement conçue par Le Consortium, inaugure un nouveau thème dans son travail : l’architecture intérieure.

[Rappel des circonstances]

En flirtant avec l’idée du mobilier, en meublant la surface du mur avec des dessins, des traits, en figurant des miroirs, des cheminées ; Marie Bourget, on le voit rétrospectivement, accoste dès les années quatre-vingt sur le rivage alors redouté du champ décoratif. On dit alors son œuvre poétique, certains parlent avec un sourire entendu d’une « œuvre de femme ». Pour autant Marie Bourget sculpte, peint, installe, sous l’empire du dessin, du mot et du trait. Ses « miroirs » chassent à la fois plusieurs lièvres : la fonction forcément décorative de toute œuvre accrochée au mur, le narcissisme du spectateur et la fonction-miroir de l’œuvre (un miroir qui transforme en fantôme en ne renvoyant aucun reflet), l’histoire de la peinture abstraite ici réduite à un état de parfait dépouillement, etc.

Eric Troncy

Liens