Mark Leckey Industrial Light and Magic

9 novembre 2007 – 13 janvier 2008

16 rue Quentin 21000 Dijon

Featured Posts

« Il y a eu un moment décisif dans ma vie où j’ai pensé que l’art ne devait pas venir de la réalité. Ensuite, j’ai pensé que tout ce dont j’avais besoin en termes de stimulation était du matériel de seconde main : des images issues des films et de la télévision, des magazines, des journaux. Des choses prédigérées et « bidimensionnalisées », mais j’ai tout ramené dans un autre monde grâce à mon amour de la perspective, et la troisième dimension a fait son retour » Richard Hamilton

Industrial Light and Magic est la première exposition de Mark Leckey en France.

En 1999, le mélange de mélancolie et d’euphorie qui se dégage de son film Fiorucci Made Me Hardcore transforme immédiatement Mark Leckey en artiste culte. Montage court et précis d’images trouvées dans les archives de la BBC, Fiorucci condense en quelques minutes l’esprit de l’histoire récente de la culture des clubs, de la danse et des bandes en Angleterre. Depuis, Mark Leckey, souvent associé à la figure du dandy ou du flâneur, a poursuivi ses activités d’artiste mais aussi de musicien (au sein des groupes Donateller et JackToJack) sans jamais se soucier de productivité ou de rentabilité. Ses œuvres cherchent à capturer la jouissance et le désespoir générés par l’expérience contemporaine du monde, perçue depuis les marges de la contre-culture. Le cinéma, la musique pop et alternative, la mode, les marques, Londres mais aussi l’histoire de l’art sont au cœur d’une œuvre qui procède par associations, citations, collages et montages. L’exposition au Consortium associe un point de vue rétrospectif à un nouveau projet. Elle présente une installation complexe où œuvres anciennes et inédites sont rassemblées autour du thème de la sculpture, du passage de la deuxième à la troisième dimension. Parmi celles-ci : Made in Eaven (2004) est un film court qui présente le petit appartement de Mark Leckey reflété sur la surface parfaite du célèbre Bunny de Jeff Koons. Drunken Bakers (2005) est une installation autour d’un film réalisé à partir d’images issues d’une bande dessinée de Lee Healey qui paraît chaque semaine dans Viz, un journal illustré qui se spécialise dans un humour particulièrement abject. Elle met en scène la longue et inéluctable déchéance de deux pâtissiers londoniens alcooliques. Thing in Regent’s Park (2006) raconte le parcours d’une petite sculpture animée qui emprunte le chemin que Mark Leckey utilise quotidiennement pour rejoindre Regent’s Park depuis son appartement. Cinema-in-the-round, Shoebox, Felix Gets Broacasted et Full of Lovely Stuff (tous de 2007) explorent différentes relations entre l’image et la sculpture.

Anne Pontégnie

 

Liens