Farah Atassi
Farah Atassi

-
Le Consortium
Curated by Eric Troncy
Farah Atassi, Still Life with Palette and Roses, 2019. Huile sur toile, 180 x 220 cm. Courtesy Almine Rech Gallery.
Farah Atassi, Model in Studio 2, 2019. Huile et glycéro sur toile, 200 x 180 x 2,5 cm. Courtesy de l'artiste et Almine Rech Gallery
Photo: Rebecca Fanuele
Farah Atassi, Women on Set, 2019. Huile et glycéro sur toile, 180 x 200 x 2,5 cm. Courtesy de l'artiste et Almine Rech Gallery
Photo: Rebecca Fanuele

Farah Atassi (1981, Bruxelles)


Les tableaux sont dans le prolongement direct de ce que j’expérimente depuis deux ans. Il s’agit d’explorer les sujets classiques de la peinture (des natures mortes, le nu féminin, le thème de la musique, l’atelier). Je commence toujours par définir un espace, construit avec un toit, une ligne d’horizon et une première marche qui installe un espace scénique – autant dire le lieu de la représentation. Ce sont des scènes de théâtre et des décors,  sur et dans lesquels j’inscris ensuite les figures ou les compositions, qui se déploient le long d’une grille tracée par les lignes de fuite. Il s’agit ensuite de faire « rimer » les figures et le fond. […] Je cherche un niveau d’artificialité qui permette beaucoup de liberté. Je fais une peinture figurative avec un langage de peintre abstrait : la base de mon travail ce sont des formes géométriques. D’un point de vue strictement formel ; le Cubisme est une source revendiquée. Je ne suis évidemment pas la seule à avoir de l’admiration pour Picasso : ses modèles – femmes ou maitresses – étaient aussi traversés par le désir qu’il posait sur elles. Pour ma part, j’essaie de peindre ces modèles comme des objets, en évacuant la dimension libidinale. J’essaie de faire que ces figures soient incarnées, mais sans pathos. Pour autant c’est une matière qui vibre, assume ses repentirs, son empâtement parfois. C’est la matière picturale qui conduit l’émotion."
—Farah Atassi, interview par Eric Troncy.