New York: The 1980s; Part II
Aimee Morgana, Alan Uglow, David Diao, Jessica Stockholder, Matthew McCaslin, Michael Scott, Olivier Mosset, Steve DiBenedetto

-
Consortium Museum
David Robbins – "Talent", 1986. "New York: The 80s (part I)", works from the Consortium Museum collection. Photo André Morin © Consortium Museum

Olivier Mosset, Steve DiBenedetto, Michael Scott, Alan Uglow, David Diao, Jessica Stockholder, Steven Parrino, Matthew McCaslin, Aimee Morgana


Le Consortium Museum présente un nouvel accrochage thématique des œuvres de sa collection permanente, centré sur l’art des années quatre-vingt à New York. La collection du Consortium Museum comprend un ensemble particulièrement riche d’œuvres de cette période, qui nécessite d’être montré en deux parties : celle-ci, la seconde, fait suite à New York, The 1980s; Part 1 (24 November 2018 - 13 October 2019)

Cette nouvelle présentation propose une sélection d’œuvres d’artistes actifs à New York au cours des années 1980 et 1990. Comme dans la première partie de la présentation de la collection, les œuvres sélectionnées ici reflètent l’histoire du Consortium Museum et des artistes qu’il a accompagnés au fil du temps, mais aussi les liens d’amitié qui ont pu se tisser entre les artistes eux-mêmes ou avec les commissaires invités comme Bob Nickas qui les a régulièrement présentés dans ses expositions. À la différence du chapitre précédent, dans lequel Steven Parrino et Steve DiBenedetto étaient déjà exposés, le choix ici se porte sur des œuvres créées à la fin de la décennie et au début des années 1990. C’est ainsi qu’on peut voir poindre certains changements esthétiques, notamment avec l’œuvre de Jessica Stockholder qui signale l’apparition des grandes installations sculpturales qui deviendront prépondérantes dans l’art des années 1990. Les installations sont également le mode d’expression de Matthew McCaslin et Aimee Morgana, dont les travaux quittent le plan du mur pour se développer au sol et dans l’espace, utilisant des objets familiers pour donner naissance à une certaine poésie de l’absurde qui reste cependant consciente de l’histoire de l’art, et notamment du surréalisme pour Morgana et du readymade duchampien pour McCaslin.

Si l’abstraction géométrique est encore très présente, en particulier avec les œuvres d’Alan Uglow, David Diao, Olivier Mosset et Michael Scott, elle commence à se déliter dans les tableaux de Steve DiBenedetto qui quitte l’influence du mouvement neo-geo pour prendre un aspect beaucoup plus organique, inspiré par les intrigues labyrinthiques de l’écrivain Don DeLillo, comblant ainsi l’écart entre postmodernités visuelles et littéraires.

Ces explorations visuelles, ces inventions formelles et ces choix esthétiques marquent aussi un changement structurel qui survient après le krach boursier de 1987 et la fermeture de nombreuses galeries qui s’ensuivit, la crise économique laissant alors le champ libre aux artistes pour expérimenter librement, loin des pressions du marché de l’art qui se met en place au début des années 1980.

L'exposition est complétée par une sélection de documents d'archives liés aux artistes présentés dans cette exposition de la collection.